Lola LAFON


Ecrivaine, chanteuse, Lola LAFON a passé son enfance pour l’essentiel en Roumanie. Nous l’accueillons pour son deuxième roman "De ça je me console". Lola Lafon est aussi la chanteuse, auteure et compositrice de LEVA, un groupe de folk-rock balkanique. Cf. MySpace.com/lolalafonleva

Le premier chapitre de "De ça je me console", de Lola Lafon (Flammarion)
 
Alors tout a commencé à me faire horreur, tout, les passants, les trottoirs d'école primaire, et les phrases légères de ceux dont j'observais le corps oxygéné et triomphant : ma génération qui restait vaseusement jeune jeune jeune. 

Ils disaient « tranquille » « à la cool », ils disaient ciao ciao en votant à gauche, achetaient aux épiciers arabes des poignées de bonbons verts en plastique, ils s'exclamaient « je prends aussi les nounours, monsieur » et leur rire transpirait la certitude très juste qu'ils avaient d'être en train de crever quand même. 

Ma génération remplissait consciencieusement les papiers des impôts et avalait calmement les codes-barres et des brunches. Puis elle rotait de la tequila le week-end et se réveillait tard. 




Premier roman : « Une fièvre impossible à négocier » 

Présentation de l'éditeur 

Un 14 septembre, un garçon insoupçonnable a violé Landra. Cabossée et déracinée, elle se cherche un ennemi à abattre. Le capitalisme, abstraction d'une oppression comparable au machisme qui l'a démolie à jamais, sera cet ennemi. Ballottée de squat en squat, elle rejoint Etoile Noire Express, un groupuscule d'extrême gauche en révolte absolue contre le système. ENE devient la famille, la survie et l'amour. Roman de l'indicible violence faite aux femmes, récit d'une survie par la colère, Une fièvre impossible à négocier est aussi et surtout une expression du superbe en littérature, quand la langue est absorbée par la grâce de l'écrivain, qui la restitue sous la forme d'une musique inédite et profonde. Avec urgence et nécessité. C'est cela un artiste, non ?
Comments